Prévenir l’usure du train de roulement [Partie 3]

Trains de roulement - 20/07/2021

Conseils pour le choix approprié de chaînes, patins et guidages

Dans les articles précédents, nous avons parlé de la manière dont les mauvaises habitudes dans l’utilisation des engins à chenilles, la charge et la présence de matériaux abrasifs extérieurs peuvent avoir une incidence sur l’usure du train de roulement. Le choix correct des chaînes, des patins et des guides, en fonction du type d'application, peut également faire la différence.

Attention aux guide-chaînes

Le guide aide à maintenir les chaînes sur les galets. Si une chaîne ne fonctionne pas correctement sur les galets inférieurs, dans différentes conditions de travail, elle peut se détacher des galets pendant un passage de travail ou en cas de rencontre avec de gros objets au sol. Il en résulte une charge élevée sur les composants des chaînes avec un risque de raccords secs (dans les chaînes lubrifiées) jusqu'à provoquer des dommages structurels et des ruptures. Il est donc nécessaire de suivre les instructions du fabricant pour déterminer quel guide convient le mieux à votre application. Il est également nécessaire de vérifier régulièrement l'état d'usure ou de détérioration des chaînes et de les réparer ou de les remplacer en cas de détérioration excessive.

Choisir le patin le plus adapté

Les dozers de moyennes dimensions offrent une vaste gamme de profils de patins. Ce large choix permet de trouver la meilleure solution pour adapter la machine aux conditions du terrain. En effet, il n’existe pas qu’un seul patin adapté à toutes les applications : le choix dépend de l’environnement dans lequel on travaille, du climat et des caractéristiques du sol. Les patins pour un usage modéré (MS), par exemple, sont recommandés pour l’usage dans un contexte avec un sol meuble et non abrasif.


USCO ITR_l’usure du train de roulement_paten  USCO ITR usura sottocarro suole 2


Dans des conditions abrasives
, les patins pour un usage intensif (ES) sont généralement le choix le mieux adapté. Le patin ES est extrêmement résistant grâce à l’épaisseur de la plaque et à une nervure plus haute et plus large. Il ne fait aucun doute qu’il permet une meilleure résistance structurelle et à l’usure mais avec quelques compromis :

  1. Le poids plus important de l’engin, qui, s'il n'est pas nécessaire, nuit à la durée de vie des composants du train de roulement, ainsi qu'à la flottaison de l’engin sur le sol.

  2. La plus grande difficulté de pénétration dans le sol. En effet, la nervure du patin fonctionne comme une lame : plus elle est fine, plus elle pénètre facilement dans le sol.

  3. Les patins ES affectent la capacité à niveler le sol, car ils peuvent générer des vibrations qui sont transmises à la lame.

Ils doivent donc être utilisés avec parcimonie.

Pour les excavateurs et les engins de taille moyenne, un patin à triple nervure est la norme. Pour ces engins, il est également possible d'adopter des profils plus lourds ou plus légers : le choix dépend du besoin de résistance à la flexion en fonction des conditions d'impact du terrain et de la longueur ceux-ci. 

De nombreux patins sont dotés d’options telles que les systèmes de drainage de boue pour laisser la matière s’écouler hors de la zone des maillons. Les patins de ce type sont recommandés en présence de boue collante ou d’argile. Les roues motrices expulsent la boue de la zone des maillons par ces drains, ce qui permet de maintenir une tension correcte des chenilles. Dans d’autres applications, en revanche, un patin avec des drains de boue peut s'avérer nuisible : dans des conditions de terrain meuble, la matière est expulsée par le trou d’évacuation et entre directement dans la zone des maillons et en accélèrent, ainsi, l'usure. 

Une autre option, utilisée principalement comme précurseur, pour des travaux de nivellement et de finition, ce sont les patins avec des chanfreins aux extrémités. Les chanfreins permettent à l’engin de tourner plus facilement en réduisant la charge de cisaillement sur les boulons de fixation des patins et le risque de rupture des maillons.

 

À chaque application sa chaîne     

Les chaînes lubrifiées sont indiquées pour des engins en mouvement continu (comme les dozers ou les chargeuses-pelleteuses) parce que l’huile crée une couche constante entre le goujon et la bague, en en éliminant l’usure interne et en prolongeant ainsi sa durée de vie. Ce système convient à presque toutes les applications, à l'exception des environnements à forte chaleur tels que le travail avec des scories chaudes car la température élevée à laquelle les chaînes sont soumises endommagerait irrémédiablement les joints d’étanchéité de ces chaînes.

USCO ITR_l’usure du train de roulement_chaîne


Il existe aussi d’autres applications spécifiques pour
des chaînes sèches. Celles-ci sont plus résistantes aux contraintes circulaires, mais l’usure des goujons et des bagues peut devenir la principale raison d’interventions de maintenance extraordinaire.
 

Un autre type de chaîne, aujourd’hui standard pour pratiquement tous les excavateurs, est celle à graisse. Similaire à la chaîne sèche, elle est dotée d’un système d’étanchéité de manière à retenir la graisse entre le goujon et la bague. Ce système permet de réduire l’usure interne, en prolongeant, ainsi, la durée de vie du raccord. 

 

L’importance de l’inspection quotidienne

USCO ITR undercarriage inspection 1    

Il est judicieux d'inspecter visuellement le train de roulement chaque matin ou à chaque changement d'équipe des opérateurs pour repérer des boulons desserrés ou manquants, des fuites d'huile, l'usure anormale, des guides desserrés ou cintrés, des débris coincés, etc.


Il suffit de quelques minutes pour identifier et corriger les problèmes éventuels, ce qui améliore la durée de vie du train de roulement et réduit considérablement le besoin d'une maintenance coûteuse. 
Enfin, pour gérer et optimiser l'usure du train de roulement, il est essentiel de mesurer les pièces d'usure.

À cet égard, ITR a développé Weartek+, une application pour la collecte de ces données, la projection de la durée de vie restante, le choix de la stratégie optimale pour minimiser le coût horaire du train de roulement lui-mêmepermettant, entre autres, d'archiver les données d'inspection, de suivre l'inventaire des pièces de rechange afin d'être toujours prêt en cas de remplacement, de planifier les interventions de maintenance, d'analyser les performances de chaque composant et bien plus encore. 
Vous souhaitez en savoir plus ? Nous en parlerons bientôt dans un nouvel article, en attendant vous pouvez contacter l'auteur de l'article pour plus d'informations.

 

Auteur du contenu

CARLO BELLINI ITR Usco
Carlo Bellini
Product Support & Quality Manager – Undercarriage Division Contactez-moi
Ecrire à l'auteur
loading

Any manufacturers’ names, brand or product names, trademarks, part numbers, symbols, drawings, images, colours and descriptions appearing in this document are for reference purposes only, and it is not implied that any part listed is the product of these manufacturers. All trademarks and registered trademarks mentioned are the property of their respective owners.

Read also
Trains de roulement
Prévenir l'usure du train de roulement [partie 2]

Comme indiqué dans l'article précédent, les coûts associés à l'entretien du train de roulement penda...


Read more

Trains de roulement
Prévenir l'usure du train de roulement [partie 1]

Les coûts associés au train de roulement représentent un pourcentage élevé du coût total d'exploitat...


Read more

Trains de roulement
Chenilles en caoutchouc anti-vibration (AVT)

Parmi les risques auxquels sont exposés les travailleurs sur un chantier de construction, celui lié ...


Read more